Category Archives: Non classé

  • 0

Atelier de cartographie expérimentale ECRISA

Category : Non classé

12/02/2018- 14/02/2018
MSH Val de Loire
33 Allée Ferdinand de Lesseps, 37200 Tours
(salle polyvalente, RdC)
Accès depuis la gare SNCF de Tours en tram, arrêt Heure tranquille (15 mn)

Cet Atelier de cartographie expérimentale s’intègre dans le projet APR ÉCRISA « L’Écriture, ses Supports, ses Archives ». À l’heure du développement et de la diffusion massive, aussi bien des logiciels de cartographie que des données à cartographier, le slogan « Tous cartographes » s’est répandu comme une traînée de poudre sur la toile. Des cartographes professionnels (d’Helsinki, de Tours et de Strasbourg) vous invitent à prendre le temps de la réflexion pour questionner ensemble l’expression « intention cartographique ». À partir d’expérimentations*, conçues pour que la barrière de la maîtrise informatique n’en soit pas une, nous vous proposons d’entrer « de plein fouet » dans la carte. En travaillant « à la main », nous pourrons alors nous poser la véritable question de l’écriture : comment faire pour passer de l’intention à la carte ? Quel processus suivre ? Comment écrire d’une façon « cartographique » sans être un.e expert.e de la sémiologie graphique ? Et, finalement, se poser la question de ce que disent ces cartes, de nous, mais aussi du monde qui nous entoure… À vos crayons !
* en intérieur, mais aussi en extérieur.

Exemples de cartes produites pendant ces 2,5 jours :
carte(s) collective(s), Identity Maps, retranscriptions de balades sensibles…
et bien davantage encore !

INTERVENANTS

Philippe Rekacewicz – géographe-cartographe
visionscarto & Université d’Helsinki

Florence Troin – géographe-cartographe CNRS
CITERES-EMAM, Université de Tours

Anne-Christine Bronner – géographe-cartographe CNRS
SAGE, Université de Strasbourg

Avec la collaboration de :

Carole Marchais – artiste plasticienne en résidence à l’Université de Tours

Élise Olmedo – géographe
post-doc MuCEM & Centre Norbert Élias, Marseille

PROGRAMME INDICATIF

Lundi 12/02/2018 – 14 h > 18 h

Accueil des participants & Présentation de l’Atelier
Conférence introductive
Premières expérimentations

En soirée (en option) :
Vernissage de l’exposition « Printemps de l’Art »
(C. Marchais, présidente du jury)
Dîner marocain (à votre charge, 30 €/personne comprenant 1 plat principal
+ 1 thé à la menthe gourmand + du vin)

Mardi 13/02/2018 – 9 h 30 > 18 h

Expérimentations (suite)
Déjeuner (offert)
Expérimentations (suite)

En soirée (en option) : Dégustation de vins de Loire (à votre charge, 35 €/personne comprenant une dégustation de 5-6 vins différents + accord mets/vins)

Mercredi 14/02/2018 – 9 h 30 > 16 h

Expérimentations (suite)
Déjeuner (offert)
Expérimentations (suite & fin)
Restitution & Projets – Fin de l’Atelier

 

Afin de générer des échanges, du partage et de permettre aux participants de mieux se connaître, une bibliothèque éphémère sera mise en place : merci d’apporter un ouvrage de votre choix, susceptible d’intéresser les autres participants.

INSCRIPTIONS ICI

Atelier ouvert à tous sur inscription
Seule condition : assister à la TOTALITÉ de l’Atelier

ORGANISATION

Florence Troin (CITERES-EMAM)
Giulia Ventrella-Proust (MSH)
Lydia Seabra (MSH)

Pour tout renseignement, contacter Florence Troin (troin@univ-tours.fr)


  • 0

Assemblée Générale 2017 du programme de recherche BVH

Category : Non classé

Jeudi 30 novembre, de 14 h à 18 h
au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours,
Salle Rapin

L’année 2017 aura été particulièrement marquée par la mise en œuvre de la campagne de numérisation à la Médiathèque Louis-Aragon du Mans dans le cadre du projet partenarial « Bibliothèques humanistes ligériennes » ainsi que par l’école d’été Bibliotheca Digitalis qui nous a permis de réunir 20 stagiaires internationaux et une vingtaine d’intervenants, tant chercheurs en SHS ou informatique que bibliothécaires et archivistes. Plusieurs publications significatives ont également ponctué l’année telles que l’édition numérique du manuscrit de la Servitude volontaire, ou encore de nouveaux chapitres de l’édition sonore des Essais de Montaigne. Cette assemblée générale sera ainsi l’occasion de vous présenter tant les avancées des projets en cours que les perspectives du programme de recherche BVH.

En vue de vous accueillir dans les meilleures conditions, nous vous remercions de bien vouloir confirmer au préalable votre présence auprès de sandrine.breuil@univ-tours.fr

En espérant vous voir nombreux à cette occasion, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations les plus cordiales.

Pour l’équipe du programme « Bibliothèques Virtuelles Humanistes »
Chiara Lastraioli,
Responsable scientifique

> Télécharger l’invitation & l’ordre du jour

Ordre du jour
Assemblée Générale 2017
Programme de recherche « Bibliothèques Virtuelles Humanistes »

13 h 30 – Accueil café – salle polyvalente

14 hBilan & perspectives du programme de recherche BVH

  • Gouvernance & financements
  • Coopération ; les BVH dans les réseaux de recherche
  • Bilan de production : Fac-similés, Epistemon
  • Communications scientifiques, valorisation, formation

14 h 30Projets de recherche

  • Catalogues régionaux des Incunables des bibliothèques publiques de France : papier et informatisés
  • Epistemon & Corpus d’auteurs : Rabelais, Montaigne – Politique éditoriale, publications ; variation français / langues régionales (ARC Poitiers-Tours)
  • Projet « Bibliothèques Humanistes ligériennes » (BHLi, Biblissima) – Le Mans, Angers, La Flèche. Bilan & avancement de la campagne de numérisation 2017 au Mans ; poursuite à Angers en 2018. – Bilan de l’école d’été internationale Bibliotheca Digitalis, Le Mans, juillet 2017 (Dariah-EU/ Biblissima)

15 h 30 – Pause

15 h 45 Projets de recherche (Suite)

  • Projet « Bibliotheques françoises » (Biblissima) – Nouveautés de la base, interopérabilité avec Biblissima & poursuite de l’indexation.
  • Projet « Collation numérique » – Réseau Thématique de Recherche IMAGE, avec le LI-RFAI – Le prototype de l’outil « MicroEye »
  • Projet ECRISA : L’ECRIt/ure, ses Supports, ses Archives : une plateforme pour l’analyse et la gestion de l’écrit/ure et des archives – Corpus multilingues et outils de TAL

17 hÉvènements | Publications des projets partenaires

  • La base EDITEF : L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité
  • Le portail RENUMAR : REssources NUMériques pour l’édition des Archives de la Renaissance (en lien avec le programme Intelligence des Patrimoines) — De minute en minute 2.0

17 h 30 – Discussions

18 h 00 – Clôture de l’assemblée générale

Responsable scientifique BVH : Chiara Lastraioli
Contact | inscriptions : sandrine.breuil@univ-tours.fr / 02 47 6 77 80


  • 0

[Offre de stage] Description de sources anciennes numérisées et enrichissement de données structurées

Category : Non classé

Le programme de recherche « Bibliothèques Virtuelles Humanistes » (BVH, resp. Chiara Lastraioli) du Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR – UMR 7323, CNRS – Université François-Rabelais, Tours) propose un stage de 4 mois à temps plein, dont les missions visent à permettre l’exploitation et la diffusion de sources anciennes au travers des données numériques issues de deux projets complémentaires [1] : le projet Les « Bibliothèques françoises » de La Croix du Maine et d’Antoine du Verdier [2], et le projet Bibliothèques humanistes ligériennes (BHLi) [3].

Ce stage est proposé grâce à la participation du programme BVH au projet régional ÉCRISA  [4] – L’ÉCRIt/ure, ses Supports, ses Archives, porté par la MSH Val de Loire.

> Télécharger l’offre de stage (PDF)

Présentation du projet

Il s’agit pour le programme de recherche BVH de rendre ces documents anciens accessibles et interrogeables en ligne. Le travail du stagiaire consistera en :

  • Description et valorisation de documents anciens sélectionnés et numérisés chez les établissements partenaires dans le cadre de la campagne de numérisation « Bibliothèques humanistes ligériennes » (Le Mans, Angers, La Flèche)
  • Participation au projet de recherche sur Les « Bibliotheques françoises » de La Croix du Maine et de Du Verdier. Après une première phase de modélisation et de structuration en XML-TEI des données puis de la mise en ligne d’une version bêta de la base de données, il s’agit dans cette seconde phase d’affiner la structuration et l’indexation des données pour en permettre l’exploitation et de l’analyse scientifique. Aujourd’hui, l’ensemble des 2 149 notices prosopographiques de La Croix du Maine sont structurées ; les noms de personne sont indexés aussi bien les vedettes que ceux mentionnés dans le corps du texte. Pour les lettres A, B et C, les entités onomastiques et les références bibliographiques sont indexées et alignées avec des bases d’autorités en ligne (bases prosopographiques ou bibliographiques : VIAF, BnF, USTC, ISTC, etc.).
  • Établir les liens entre les numérisations du projet BHLi (BVH-fac-similés) et leur référence dans la base Les bibliothèques françaises.

Missions

Intégré à l’équipe BVH et encadré par ses membres, le stagiaire aura pour missions :

  • Suivre et participer à la numérisation, la structuration et l’enrichissement numérique de sources anciennes (imprimés anciens et manuscrits) en vue de leur mise en ligne sur le site BVH
    • Analyser et décrire les sources
    • Participer à l’élaboration de notices et de sommaires
    • Contrôler les numérisations et leur mise en ligne
  • Poursuivre l’indexation en XML-TEI des Bibliotheques françaises et établir les liens entre les sources citées et leur numérisation en ligne.
  • Mettre à jour la documentation du projet

Profil & compétences

  • Connaissance approfondie du livre ancien patrimonial
  • Connaissance approfondie du français pré-classique
  • Connaissances de base en latin
  • Maîtriser les méthodes de repérage des sources
  • Utiliser les outils et les logiciels courants de traitement de texte et image
  • Connaissances générales souhaitées des langages de catalogage : métadonnées XML-TEI, MARC-XML, EAD, Dublin-core
  • Connaissances générale des principaux instruments bibliographiques et des règles bibliographiques de base
  • Des connaissances basiques en HTML, CSS voire XSLT seraient un plus
  • Disposer d’un bon relationnel, d’un sens de l’organisation et du travail en équipe, être disponible et autonome.

Conditions de recrutement

  • Structure de recrutement : Maison des sciences de l’Homme Val-de-Loire / CESR (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Université François-Rabelais de Tours – CNRS, UMR 7323)
  • Gratification : en vigueur
  • Durée du stage : 4 mois, 35h/semaine
  • Prise de fonction : à partir de février 2018
  • Lieu de travail : Bureau BVH, CESR, 59 rue Néricault-Destouches, Tours
  • Déplacements ponctuels à prévoir au Mans et/ou à Angers
  • Poste au sein d’une équipe de 6 personnes

Candidatures

Pour tout renseignement, contacter :
Sandrine Breuil – bvh@univ-tours.fr
Tél. 02 47 36 77 80

[1] Projets financés par l’Equipex Biblissima : http://www.biblissima-condorcet.fr/
[2] Les « Bibliothèques françoises » de La Croix du Maine et d’Antoine du Verdier (CESR-Biblissima) : http://bvh.hypotheses.org/2294
[3] « Bibliothèques humanistes ligériennes » (BHLi), projets partenariaux Biblissima 2016 et 2017 : http://bvh.hypotheses.org/2665
[4] Projet ÉCRISA – L’ÉCRIt/ure, ses Supports, ses Archives : http://ecrisa.msh-vdl.fr/


  • 0

[Écriture et patrimoine] Mise en ligne de la base de données EDITEF

Category : Non classé

L’équipe du projet ANR EDITEF est heureuse d’annoncer la mise en ligne en libre accès de la base de données EDITEF consacrée à l’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité.

Cet outil bio-bibliographique permet l’exploitation de données concernant des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne et conservées aujourd’hui dans l’espace francophone. La base rend disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, etc.), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies, etc.). Cet outil vise entre autres à reconstituer les réseaux familiers et professionnels (liens familiaux, collaborations professionnelles).

La base EDITEF permet en outre de relier des exemplaires précis à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments) et d’analyse des marques de provenance présentes sur les exemplaires imprimés, ayant été consultés dans les bibliothèques patrimoniales françaises, suisses et belges (voir la liste).

Ce travail est le résultat d’une collaboration fructueuse entre le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours et de nombreuses bibliothèques de l’espace francophone (France, Suisse, Belgique). Nous remercions chaleureusement les bibliothèques patrimoniales pour leur accueil et pour leur précieuse collaboration.

Responsable scientifique : Chiara LASTRAIOLI, Professeur d’études italiennes

(CESR, Tours)

Chargée du projet : Giulia VENTRELLA-PROUST (CESR, Tours)

Chercheur post-doctoral (2015-2016) : Massimo SCANDOLA (CESR, Tours)

Stagiaire (2017) : Juliette LE GALL (CESR, Tours)

Accéder à la base de données EDITEF :

User’s guide : http://www.editef.univ-tours.fr/Base/UserGuide.asp

La base EDITEF se construit autour de trois objets principaux, en relation entre eux : les Personnes, les Collectivités et les Objets.

     Les Personnes

a) les professionnels de la chaine du livre: imprimeurs, libraires, colporteurs, correcteurs…Ces personnalités sont, quand possible, reliées à leurs marques typographiques.

b) les possesseurs des exemplaires imprimés en langue italienne entre 1450 et 1630 dans l’espace francophone (France, Suisse et Belgique) et en Italie.

Voir la liste de personnes ici. 

Les Collectivités

Cette catégorie indique toute association de personnes, qu’elle soit à but commercial, religieux, scolaire ou autre (ateliers d’imprimeurs, couvents et monastères, universités, collèges et académies, etc.).

Voir la liste de collectivités ici.

Les Objets

Les éditions et les exemplaires ayant été étudiés lors des campagnes de recherche effectuées dans les bibliothèques patrimoniales françaises, suisses et belges (voir la liste) sont présents sous la catégorie des Objets. Aux éditions correspondent les « objets typographiques » : les marques d’imprimeur et les ornements typographiques des éditions ; aux exemplaires correspondent les marques de provenance.

Nous remercions tout particulièrement les bibliothèques patrimoniales suivantes de nous avoir accueillis dans leurs établissements et, dans certains cas, de nous avoir fourni des descriptions d’exemplaires, ainsi que des clichés des marques de provenance :

  • Bibliothèque Abbé-Grégoire, Blois
  • Bibliotheca Bodmeriana – Fondation Martin Bodmer, Genève
  • Bibliothèque Cantonale, Porrentruy
  • Bibliothèque Cantonale et Universitaire, Fribourg
  • Bibliothèque cantonale et universitaire de Mons
  • Bibliothèque d’Architecture, Lettres, Philosophie, Histoire et Arts – Université de Liège
  • Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, Genève
  • Bibliothèque de Genève
  • Bibliothèque de l’Abbaye, Saint-Maurice d’Agaune
  • Bibliothèque de l’Hospice du Grand-Saint-Bernard, Bourg-Saint-Pierre
  • Bibliothèque de l’Institut d’histoire de la réformation, Genève
  • Bibliothèque de la Fondation Barbier-Mueller, Genève
  • Bibliothèque des Quatre Piliers, Bourges
  • Bibliothèque des pasteurs, Neuchâtel
  • Bibliothèque du Centre d’études Supérieures de la Renaissance, Tours
  • Bibliothèque du Grand Séminaire, Liège
  • Bibliothèque Mazarine
  • Bibliothèque Municipale d’étude et de Conservation, Besançon
  • Bibliothèque municipale, Mâcon
  • Bibliothèque Municipale, Semur-en-Auxois
  • Bibliothèque municipale, Tournus
  • Bibliothèque Publique et Universitaire, Lausanne
  • Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris
  • Bibliothèque Stanislas, Nancy
  • Bibliothèque Universitaire Lettres Arts & Sciences Humaines – Université François Rabelais, Tours
  • Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin, Namur
  • Médiathèque d’Orléans
  • Médiathèque de Châteaudun
  • Bibliothèques de l’Université Rennes 2
  • Médiathèque de la Communauté Urbaine d’Alençon
  • Bibliothèque de Rennes Métropole – Les Champs Libres
  • Médiathèque Jacques Demy, Nantes
  • Médiathèque Jean Lévy, Lille
  • Médiathèque Louis-Aragon, Mans
  • Médiathèque Pierre-Amalric, Albi
  • Médiathèque Valais-Sion

Toute personne souhaitant participer au projet EDITEF peut contacter directement l’équipe-projet à l’adresse editef@univ-tours.fr

Toute remarque, critique ou observation seront les bienvenues!


  • 0

[Écriture et apprentissage] Lettre d’info de Cantus Scholarum – 10/2017

Category : Non classé

Lettre d’information Cantus Scholarum

(n° 14 – octobre 2017)

Actualités du projet

Le projet Cantus Scholarum touche à sa fin… ou presque ! Sa dernière phase est notamment consacrée à l’achèvement et à la publication de travaux parmi lesquels le Guide historique et pratique du plain-chant et du faux-bourdon (CMBV, 2017), ouvrage multimédia accessible en ligne, et un article dans le volume collectif Listening to Early Modern Catholicism (Brill, 2017). Plusieurs autres textes ont été terminés durant l’été et en septembre, tandis que le projet sera présenté en décembre prochain à Bressanone (I).

Par ailleurs, les groupes de travail associés au projet poursuivent leur effort. Les contributeurs de l’axe 2 se retrouveront très bientôt à Tours pour finaliser l’exposition numérique sur l’histoire « vocale » de l’enfance à l’époque moderne. L’expérimentation menée dans les écoles de Tours (axe 4) est entrée dans sa deuxième année : enseignants et enfants continuent d’utiliser les répertoires de comptines conçus par les membres du groupe de travail qui, en outre, préparent un module de Formation à Distance (FOAD) à destination des professeurs des écoles. Le compte rendu détaillé de ces activités est consultable sur le journal de bord du site.

Rendez-vous début 2018 pour une prochaine lettre d’information.

Xavier Bisaro (xavier.bisaro@univ-tours.fr)

Accès direct au site Cantus Scholarum


  • 0

Atelier de travail BVH – Traitements linguistiques, textométrie et corpus multilingues : développement et utilisation des outils pour l’étude des traductions

Category : Non classé

8/11/2017

Un atelier de travail est organisé par les BVH (CESR), dans le cadre du projet ECRISA avec différents partenaires linguistes, autour des traitements linguistiques, de la textométrie et des corpus multilingues. Cet atelier vise à approfondir l’axe d’étude sur les traductions en langue française du programme BVH.

Encodée en XML-TEI, la base de données textuelle Epistemon propose divers outils en vue de l’analyse et de l’interrogation des textes avec des outils TAL (Traitement Automatique des Langues).
Les BVH proposent de conforter la dynamique du réseau de partenaires linguistes déjà bien ancrée :

  • Avec le Forell-A (Poitiers), autours de l’étude de la variation graphique et l’étiquetage morpho-syntaxique (dans la continuité de la bourse Google 2011 et du partenariat de développement des outils Analog et Varialog) ;
  • Avec IHRIM-CACTUS (ENS-Lyon) pour l’analyse textométrique du corpus Épistemon et la mise en place notamment d’éditions synoptiques (texte/image) sous le portail TXM ;
  • avec HyperMachiavel (TRIANGLE, ENS-Lyon), partenariat à développer pour l’alignement textuel et l’étude lexicale de corpus multilingue.

Programme

Le 7 novembre 2017
Après-midi

Séance de travail : Séverine GEDZELMAN, Mathieu DUBOC, Sandrine BREUIL, Toshinori UETANI

Le 8 novembre 2017
9 h 15 Accueil
9 h 30 Toshinori UETANI – « Introduction »
9 h 45 Marie-Luce DEMONET – « Le corpus Epistemon et analyses linguistiques »
10 h 15 Sandrine BREUIL – « Epistemon dans les chaînes de production BVH »
10 h 30 Mathieu DUBOC – « Corpus Epistemon : Différents états d’encodage et exploitations linguistiques »
11 h 00 Marie-Hélène LAY (sous réserve) – « Analog pour analyse d’un corpus français du XVIe siècle »
11 h 00 Jean-Claude ZANCARINI et Séverine GEDZELMAN – « HyperMachiavel : ce qu’un outil numérique nous apprend sur le Prince et ses traductions »
12 h 00 Discussion
12 h 30 Déjeuner
14 h Toshinori UETANI – « Corpus multilingue aligné : Contexte et enjeux pour les études de la traduction »
14 h 45 Discussion et démonstrations


  • 0

Appel à projets MSH 2018

Category : Non classé

La Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire lance son XIIe appel à projets, conformément à ses missions  et dans le cadre de sa vocation à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

Cet appel a pour but prioritaire l’émergence de nouvelles thématiques de recherche qui peuvent éventuellement s’inscrire dans les axes transversaux de la MSH Val de Loire (Villes et études urbaines ; Monnaie et finance ; Invention et réinvention de la pensée et de l’action environnementale ; Mutation des normes ; Modèles, modélisation, simulation). Tous les membres des laboratoires de son périmètre ont vocation à répondre à cet appel à projets, qu’ils soient enseignants-chercheurs, chercheurs ou ingénieurs.

Les projets retenus pourront bénéficier d’un financement annuel à hauteur maximale de 5000 euros.

Critères bonifiants :

• caractère innovant des projets
• collaboration entre équipe(s) de la MSH VdL et une (ou plusieurs) équipe(s) du réseau des MSH
• collaboration entre équipe(s) de la MSH Val de Loire et un laboratoire en Sciences et/ou TIC
• collaboration entre équipe(s) de la MSH Val de Loire et un (ou plusieurs) laboratoire(s) étranger(s)

Modalités de dépôt du projet

• Les dossiers de réponse sont à remplir à l’aide d’un formulaire en ligne disponible à l’adresse http://aap.msh-vdl.fr/  ; ils doivent être imprimés avec les annexes, signés, puis envoyés par mail à Lydia SEABRA, secrétaire générale de la MSH, et à Laurence RAGEOT, coordinatrice de l’atelier numérique.
• La date limite de soumission des projets est fixée au 31 octobre 2017.

Autres informations

• La sélection des projets aura lieu courant du mois de décembre 2017.
• La subvention sera versée en une fois au laboratoire porteur du projet qui en assurera la gestion.
• Le porteur de projet s’engage à venir présenter son projet lors de la Journée Scientifique de la MSH qui se tiendra en juin 2019.
• Au terme du financement du projet (12 mois après la réception de la totalité subvention), il sera demandé au porteur de fournir un bilan scientifique et financier.

Lydia SEABRA, secrétaire générale de la MSH, et Laurence RAGEOT, coordinatrice de l’atelier numérique, sont à votre disposition pour vous accompagner dans la formulation de la réponse à cet appel.

Téléchargez les critères de réponse et les fichiers annexes ci-dessous.


  • 0

[Offre de stage] Archiviste/documentaliste en charge de l’inventaire d’un fonds cartographique avant numérisation

Category : Non classé

Contexte

Les laboratoires CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés (CITERES) (équipe EMAM) et Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) possèdent des fonds de documents géographiques constitués de cartes, schémas directeurs et atlas. Grâce au projet de recherche ECRISA (http://ecrisa.msh-vdl.fr/), ces fonds pourront être valorisés et mis à disposition du public.

 Présentation – Missions

Le/a stagiaire perfectionnera l’inventaire existant, par le biais d’un récolement, en vue d’une numérisation. Ses missions seront les suivantes :

Priorité : Réaliser le récolement d’un fonds cartographique

Dans un second temps :

  • Proposer un classement raisonné des fonds,
  • prendre contact avec le prestataire qui s’occupera de la numérisation,
  • proposer des possibilités de conservation et de valorisations des fonds.

Le/a candidat/e retenu/e sera accompagné/e par un comité de pilotage composé des membres de la MSH, de CITERES, du CESR, et du Service commun de documentation de l’Université de Tours.

Profil recherché

Les candidats devront justifier d’un niveau Master dans les domaines de la documentation.

Connaissances :

  • Connaissance du catalogage,
  • bonne connaissance des conditions de manipulation des objets patrimoniaux,
  • bonne connaissance des logiciels bureautiques,
  • connaissance de l’anglais appréciée.

 Savoirs-être :

  •  Grande rigueur dans les missions attribuées,
  • bonne aptitude à travailler en équipe.

 Structure de recrutement : Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire, Tours

  • Durée du stage : 3 mois
  • Prise de fonction : avril 2018 (date pouvant s’adapter au calendrier universitaire)
  • Date limite de candidature : 04/12/2017
  • Compensation : selon les normes en vigueur

 Le/a stagiaire disposera d’un poste informatique dédié et connecté au réseau, situé dans la salle de documentation.

 Contacts et informations

Giulia Ventrella-Proust, chargée de la gestion du projet ECRISA, Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire : ventrella@univ-tours.fr

Télécharger l’offre de stage


  • 0

Journée d’étude « La remonstrance un genre de discours dans la culture d’Ancien régime »

Category : Non classé

La remonstrance un genre de discours dans la culture d’Ancien régime

13 Octobre 2017, Tours, CESR, Salle Rapin

Journée d’étude organisée par Ullrich Langer (Université de Wisconsin-Madison) et Paul-Alexis Mellet (Université de Tours) avec le soutien du projet ECRISA

Programme

8h45 Accueil des participants
9h Ullrich Langer (université de Wisconsin-Madison) et Paul-Alexis Mellet (université de Tours)
Présentation du programme de recherche international sur les remontrances
9h10 Bruno Méniel (université de Nantes)
Antoine Loisel, De l’oeil des rois et de la justice (1595)
9h50 Ullrich Langer (université de Wisconsin-Madison)
Guillaume Fremin, Sixiesme Remonstrance. Faite au Roy en son Conseil (1627)
10h30 Pause
10h45 Andrea Frisch (université du Maryland)
Jean de La Taille, Remonstrance pour le Roy, a tous ses subiects qui ont pris les armes (1562)
11h25 Karin Westerwelle (université de Münster)
Pierre de Ronsard, Remonstrance au peuple de France (1563)
12h05 Alain Bideau (université de Tours)
Remonstrance des anciens de la guilde des forgerons (Hambourg, 1704).
12h45 Déjeuner

14h David Dominé-Cohn (EHESS)
Deux réponses royales et françaises à des remontrances bretonnes et absentes (1492-1493)
14h40 Giuliano Ferretti et Francis Goyet (université des Alpes)
Richelieu, Remontrance à Monsieur, par un François de qualité (1631)
15h20 Pause
15h35 Héloïse Hermant (université de Nice)
Representación a la Reyna madre de Carlos II, regenta y gobernadora del Reyno en su menor hedad (1669)
16h15 Valérie Hayaert (IEA de Paris)
Bourcier de Villers, Remontrance de la Saint Martin par l’Avocat général de Lorraine (1706)
16h55 David Feutry (Paris IV)
Les grandes remontrances du parlement de Paris sur les refus de sacrements (9 avril 1753)
17h35 Ullrich Langer (université de Wisconsin-Madison) et Paul-Alexis Mellet (université de Tours)
Conclusions et perspectives

Ouvert au public

Documents à télécharger : 

PDF icon -Programme


  • 0

Retour sur la journée d’étude du projet, « L’écriture, ses supports, ses archives » – 27/09/2017

Category : Non classé

Cette journée d’étude a proposé des communications ayant pour thématiques les trois axes de recherche du projet :

1) Les formes de l’écrit/ure,

2) Les supports de l’écriture,

3) Les archives de l’écrit et les collections patrimoniales du Val de Loire à l’Europe.

Retrouvez ci-dessous un résumé des interventions :

1. Les formes d’écriture

Paul-Alexis Mellet (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

Les remontrances imprimées (1560-1600): étude d’un corpus hétérogène

Cette communication a eu pour ambition de définir ce que sont les remontrances en France à la fin du XVIème siècle. Issues de l’institution parlementaire, elles connaissent une grande diffusion pendant les guerres civiles car elles permettent de proposer des réformes à la couronne (religion, fiscalité, justice, etc.). Elles mettent en jeu des relations de pouvoir complexes, à l’échelle de la royauté ou localement (remontrances ascendantes), mais représentent également un moyen de gouverner pour le roi (remontrances descendantes). Elles manifestent l’avènement d’une « société politique » en voie de constitution. Enfin, elles offrent une lecture originale des guerres civiles en représentant moins les conflits et leurs événements marquants que les moments de négociation.

Olivier Marlet (CItés, TERritoires, Environnement, Sociétés)

Informatisation et interopérabilité des données archéologiques de terrain

Cette intervention a proposé un sujet sur les « bonnes pratiques » d’utilisation d’un outil d’aide à l’écriture numérique. Dans l’objectif de ne pas doubler l’information papier/informatique, le LAT a mis en place un projet d’informatisation complète de l’enregistrement directement sur le terrain. Trois tablettes numériques tactiles durcies ont été financées par le projet ECRISA pour pouvoir réaliser les tests directement sur le terrain.

Jacqueline Lafont-Terranova (université d’Orléans, LLL UMR 7270) ;
Flora Badin (CNRS, LLL) ; Guillaume Chevrot (Maison Interdisciplinaire des Systèmes Complexes, universités d’Orléans et Tours) ; Didier Colin (UPEC, CEDITEC, LLL) ; Elodie Comte (université d’Orléans) ; Maurice Niwese (université de Bordeaux, Lab E3D, LLL)

Modéliser le processus d’écriture d’un scripteur de haut niveau : intérêt et limites du repérage automatique des opérations de réécriture à l’aide du logiciel  MEDITE

Dans le cadre de cette contribution, les intervenants se sont intéressés au repérage des procédures mobilisées par des étudiants ayant bénéficié d’un accompagnement inspiré des travaux de la génétique textuelle (Grésillon, 1994) pour réécrire un mémoire d’initiation à la recherche, préalablement remis sous la forme d’une première version.  Les 41 mémoires collectés entre 2009 et 2013 ayant préalablement fait l’objet de plusieurs études qualitatives (Lafont-Terranova & Niwese, 2012, 2015, 2016, 2017 à paraitre) et ayant été constitués en base de données, grâce à l’appui de la Maison Interdisciplinaire des Systèmes Complexes (MISC),  l’objectif, pour l’étude menée dans le cadre du projet ECRISA et de son articulation avec le projet soutenu par la MISC, était double : obtenir des résultats statistiques sur le type de modifications opérées entre deux versions (V1 et Vdef)  par les 36 scripteurs ayant effectivement joué le jeu de la réécriture ; ce faisant, élaborer une méthode qui permette d’optimiser l’utilisation du logiciel Medite  (Ganascia, Fenoglio & Lebrave, 2004) pour repérer les modifications entre deux versions d’un texte  et classer celles-ci, en termes d’opérations de réécriture (insertions, suppressions, remplacements, déplacements). Après avoir décrit le contexte, les acteurs et les objectifs de l’étude, les intervenants ont présenté successivement  le  protocole mis en place pour le repérage et le classement  automatique des opérations de réécriture dans la base de données, les requalifications nécessaires et facultatives par rapport aux résultats obtenus via le logiciel,  des  exemples d’opérations de réécriture,  significatives de l’évolution du scripteur en matière d’acculturation à l’écriture de recherche.

Maxence Martin (Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire)

La représentation des relations : présentation de l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs

Lors de cette occasion une démonstration de l’outil d’exploration des graphes développé par la MSH dans le cadre du projet ECRISA a été proposée avec notamment une présentation du fonctionnement du logiciel, des possibilités d’utilisation du logiciel ainsi que d’exemples d’utilisation.

2. Les supports de l’écriture

Florence Troin (CItés, TERritoires, Environnement, Sociétés)

CartoMédit : de la théorie à la pratique

 Initié en 2015, le projet CartoMédit a pour but de convoquer la littérature comme une source potentielle pour « faire de la géographie ». Dans cette optique, des romans qui mettent l’espace méditerranéen – et ses villes – au centre de leurs intrigues sont sélectionnés afin d’en produire une « mise en cartes », c’est-à-dire une écriture différente… Celle-ci permet de faire apparaître la valeur heuristique des descriptions d’auteurs plus ou moins connus (Camus, Zafón, Izzo, El-Cheikh) sur les villes d’Oran, de Barcelone, de Marseille et de Beyrouth. Cet exercice pose cependant quelques problèmes, comme le passage d’une écriture polysémique (la littérature) à une transcription monosémique (la carte).

Ce genre de questionnement intéresse au plus haut point un petit groupe de cartographes professionnels (d’Helsinki, de Strasbourg, de Tours et de Paris) qui réfléchissent actuellement à un retour aux moyens dits « traditionnels » de l’écriture graphique (crayons, feutres). Cet usage permet à tout un chacun de participer à des Ateliers de « Cartographie expérimentale », sans la contrainte du logiciel à maîtriser. Ainsi, en rentrant « de plein fouet » dans la carte, il est possible, quel que soit son niveau de pratique, de construire son Identity Map dans laquelle, en plus des informations géographiques, seront introduits des sentiments et des émotions.

Un 1er Atelier s’est tenu à Strasbourg en mars 2017 et un 2nd aura lieu à Tours en novembre 2017, grâce au soutien d’ÉCRISA.

[ECRISA soutient également un projet d’archivage du fonds URBAMA (Urbanisation dans le Monde arabe) et de quelques cartes du CESR. Trois étapes sont prévues : récolement, numérisation et diffusion. Ce projet est primordial pour sauvegarder des cartes qui portent sur des villes aujourd’hui en cours de démolition (Damas, Alep).]

Xavier Bisaro (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

Écouter l’écriture : les sources du chant scolaire à l’époque moderne

Sous l’Ancien Régime, l’initiation au chant dans les petites écoles était une dimension incontournable ou presque de l’enseignement élémentaire dont la plupart des enfants bénéficiaient. Si les sources éclairant cette pratique éducative sont nombreuses et variées (méthodes de chant, ouvrages pédagogiques généraux, contrats de maîtres d’école, témoignages…), celles-ci restent souvent allusives et nécessitent un effort interprétatif particulier lorsque l’on tente de reconstituer les caractéristiques sonores et l’impact culturel du chant des écoliers à l’époque moderne. Cette communication a porté sur la typologie de ces sources ainsi que sur leur exploitation dans le cadre du projet Cantus Scholarum (https://www.cantus-scholarum.univ-tours.fr/). Plus généralement, il s’est agi d’expliciter une démarche qui, partant de l’abstraction d’un « contenu » et de la matérialité d’un support, cherche à atteindre les sons dont l’écriture fut le pré-texte.

Marie-Élisabeth Boutroue (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance), Patricia Roger-Puyo (Institut de recherche sur les archéomatériaux, Centre Ernest-Babelon)

Aspect de la matérialité du livre : encres et papiers

L’analyse des encres, dans les documents anciens, est quelquefois le dernier et le seul moyen d’authentifier un document ou de mieux comprendre les chemins de sa transmission. Les techniques d’analyse physico-chimiques qui supposent un prélèvement de matière sur le document sont admissibles pour des documents modernes, dans des contextes d’expertise judiciaire par exemple, mais elles sont parfaitement inenvisageables lorsqu’on parle d’un document patrimonial, a fortiori lorsqu’il s’agit d’un document classé trésor national. Il faut alors recourir à des méthodes respectueuses de l’intégrité du document qui procèdent par stéréomicroscopie, spectro-colorimétrie et fluorescence X.  L’exposé a montré les informations que l’on peut tirer de l’application de ce type de méthode à des documents anciens. Menées sur plusieurs catégories de documents, les expériences présentées ont permis de répondre à plusieurs  questions intéressant la bibliothèque de Rabelais ou celle de Montaigne. L’exposé présenté a montré successivement les méthodes scientifiques qui peuvent être mises en œuvre et les types de questionnements auxquels ces méthodes peuvent apporter des réponses.

3. Archives de l’écrit et collections patrimoniales

David Rivaud (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

Le projet RENUMAR : établir, éditer et valoriser les documents d’archives des fonds régionaux

Cette présentation a porté sur les origines du projet RENUMAR et particulièrement sur les premières bases de données autour de dépouillements d’archives dans les années 90, puis sur la réalisation à partir de 2003, sous l’égide des BVH, d’une première base de données en ligne autour des notaires tourangeaux. Après avoir évoqué ses évolutions et ses problèmes, les données documentaires en elles-mêmes ont été présentées, ainsi que les perspectives d’intégration de nouveaux fonds, perspectives déjà mises en œuvre  autour des fonds de Bourges, Chartres, Loches, Tours ou encore Amboise. Enfin à partir d’un exemple, celui des correspondances urbaines, il a été possible de comprendre les enjeux de l’édition des fonds d’archives régionaux pour les XVe, XVIe et XVIIe siècles.

Toshinori Uetani, Mathieu Duboc, Sandrine Breuil (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

Corpus « Bibliothèques Humanistes Ligériennes » et données des « Bibliotheques françoises » pour reconstituer les réseaux d’humanistes à la Renaissance

Le projet « Bibliothèques Humanistes Ligériennes (BHLi) » vise à mettre à disposition d’un vaste public une sélection d’ouvrages remarquables, manuscrits et imprimés, du milieu du XVe siècle à la fin du règne de Louis XIII conservés dans les fonds de bibliothèques du Mans, d’Angers et de La Flèche. Lancé en 2016 grâce au soutien de l’Equipex Biblissima, ce projet partenarial de numérisation, dont la première phase se déroule actuellement à la Médiathèque Louis Aragon du Mans, sera poursuivi dans un second temps à la Médiathèque Toussaint d’Angers en 2018. Si les documents numérisés seront consultables en fac-similé sur le site « Bibliothèques Virtuelles Humanistes » (http://www.bvh.univ-tours.fr/), l’intégration de ces données bibliographiques et prosopographiques, structurées, indexées et interopérables, à la base de données Bibliotheques françoises de La Croix du Maine et de Du Verdier (http://bibfr.bvh.univ-tours.fr/), ouvrira de nouvelles perspectives d’études des réseaux culturels à la Renaissance en France.

Télécharger le compendium

 


Actualité des projets d’ECRISA